mardi 2 août 2011

Beaufort

Beaufort, c'est la porte d'entrée au Beaufortin et à la Tarentaise, région beaucoup moins touristique que la vallée de Chamonix mais au charme peut-être plus authentique parce que plus rude, plus difficile d'accès, à la nature plus sauvage.

Assoiffés de nature, vous pouvez vous rendre au barrage puis au Cormet de Roselend et faire des randos du vertige au dessus du lac.

Férus de gastronomie, la coopérative laitière aujourd'hui en travaux pour agrandissement brasse des milliers de litres de lait pour fabriquer le beaufort, le "prince des gruyères".

Mais il faut aussi de perdre dans les rues de Beaufort, les passages et les escaliers de la vieille ville. Il faut entrer dans la massive et magnifique église Sainte Maxime le Confesseur.





















Elles sont bien loin, les foules de touristes en tongs et coups de soleil sur les mollets. Beaufort, qui plus est un jour de pluie, c'est la rudesse et la tristesse qui peut caractériser la vie dans ces vallées encaissées. C'est le village dominé par l'église et sa tour imposante. Ce sont les montagnards, religieux ou superstitieux, travailleurs des champs ou de l'alpage. J'aimerais voir Beaufort un jour de fête pour en connaître une autre facette. Pourtant, malgré la pluie battante et le Doron qui s'écoule rageusement au centre du village, j'ai la sensation d'être beaucoup plus proche de la vérité de ces montagnes que dans d'autres cités alpines.
(Photos:emi et maman de emi)

1 commentaire:

enrique a dit…

Bonjour! Tes vacances me donnent le vertige! C'est super!