vendredi 3 avril 2009

Mauvais perdants

"C'est la faute de l'altitude! On peut mourir en faisant du sport à ces hauteurs là!"
Le préparateur physique de l'équipe de foot argentine ne sait pas quoi trouver comme excuse pour expliquer la défaite 6-1 de son pays hier à La Paz face à la Bolivie dans le cadre des éliminatoires pour le Mondial. Et le vieux débat sur l'altitude d'être remis sur le tapis, comme lorsqu'en 1993 la Bolivie avait mis fin à 40 ans d'invincibilité du Brésil dans les éliminatoires des Coupes du Monde et que le grand pays s'était vengé du petit sur la scène internationale en incitant à la création d'un véto pour interdire les matchs en altitude. A l'époque l'Argentine avait soutenu la Bolivie, aujourd'hui le vent semble tourner. Selon Signorini toujours -le préparateur physique argentin-, l'altitude opère comme un "dopage extérieur qui favorise ceux qui y sont acclimatés" et prétend qu'on attend un accident grave pour qu'on reconnaisse enfin les méfaits de l'altitude. Mort, dopage, accident, une rhétorique dramatique de la part de Signorini, juste très blessé par la lourde défaite de son pays et très, très mauvais perdant. Maradona, lui, reconnaît que la Bolivie n'avait pas joué aussi bien depuis longtemps, et bizarrement, on le croit, il semblerait que Diego sache de quoi il parle en matière de qualité de jeu...

5 commentaires:

metreya a dit…

Le dopage ça marche quand des hautes altitudes on descend en plaine : les globules rouges sont à la fête ! Mais c'est peut-être vrai que les argentins se sont trouvés essoufflés à la Paz ! Quoiqu'il en soit c'est un très beau score et une belle démonstration de la part des Boliviens :-)

emi a dit…

Pour des sportifs, quelques jours en altitude suffisent à s'acclimater, un match ça se prépare!!!!

aldeaselva a dit…

Hi hi! La pile aux argentins!C'est la dépression assurée pour Camino!Il ne va plus vouloir chanter du bolivien avant au moins un mois!

enrique a dit…

Bonjour! Ah! mes pauvres poumons!
Mais il est vrai que les brésiliens et Signorini, sont des mauvais perdants.
Bravo aux cracks boliviens!
J'imagine qu'Obama, à son retour,a du se prendre la tête. Le pauvre!

emi a dit…

Ah ah elle est très bonne Enrique, je vois que tu suis!!