vendredi 27 mars 2009

Plus de repect pour les femmes

A Cochabamba, dans la ville de Punata a été inaugurée une salle d'accouchement interculturelle, c'est-à-dire qui respecte la culture des femmes indigènes qui répugnaient jusque là à venir à l'hôpital où on ne respectait pas leur culture lors de la naissance de leurs enfants. En effet les femmes indiennes ont pour tradition d'accoucher accroupies et non allongées, et refusaient d'enfiler les vêtements blancs imposés par le service hospitalier. Aujourd'hui le respect est entré à l'hôpital de Punata avec cette nouvelles salle d'accouchement où les futures mères peuvent choisir de s'installer dans la position qu'elles souhaitent, garder leurs vêtements sombres si elles le veulent et être accompagnées de leur famille. Il était temps, parce que le taux de mortalité maternelle est actuellement de 190 pour 100 000 femmes et de 61 pour 1000 bébés. Et cela n'était pas seulement dû aux problèmes liés à la pauvreté comme on veut bien le faire croire mais surtout au manque de respect de l'hôpital vis à vis des femmes indigènes. On peut supposer que c'est aussi le cas dans d'autres pays d'Amérique Latine et certainement du monde. Certes la médecine permet de sauver des vies, mais si elle le fait au dépit du respect de l'être humain et de sa culture... Mettre un enfant au monde oui, mais en gardant sa dignité. Je ne préfère pas évoquer le cas français qui n'est que chiffres et statistiques, protocoles froids et sans humanité et soumisssion des patients aux soit-disant règles et qui en la matière n'est pas du tout un exemple, et je sais de quoi je parle.

3 commentaires:

aldeaselva a dit…

Si c'est pour leur apporter notre belle culture de déraison dans la consommation dont on voit les effets actuellement, elles ont raison de se battre pour préserver la leur, de culture!

Esteban a dit…

Bonjour emi,

J'ignorais totalement cet us des femmes indiennes, et ton article est très éclairant. Je suis certain que beaucoup de gens l'ignorent comme moi. Pourrais-je, s'il te plaît, le relayer sur mon blog ?

Merci

emi a dit…

Bien sûr Esteban, je l'ai trouvé sur un article du journal Los Tiempos de Cochabamba de vendredi.