lundi 2 mai 2011

Esprits fermés

Extrait de Sylvain Tesson, Petit traité sur l'immensité du monde, 2005.

"Le wanderer que je suis redeviendra humaniste lorsque cessera la suprématie du mâle. Il souffre à chaque instant de se heurter où qu'il porte ses pas (aux rares exceptions des pays scandinaves, de certaines vallées himalayennes et des jungles primaires) à la toute puissance de la testostérone. Il lui semble que l'humanité a érigé en divinité le mauvais chromosome. Il entend les cris de joie dans les maisons berbères saluant la naissance d'un garçon et des lamentations si c'est une fille. Il a traversé des villages dans les campagnes de Chine où les mères se pendent si elles enfantent une fille. Il a vu en Inde, où il manque cinquante millions de femmes, le visage des victimes qu'on a tenté de brûler. Il a lu dans le Coran -ce bégaiement paniqué de berger hagard- le mépris ruisselant de stupidité dans lequel est tenu la femme. Il sait qu'en Europe, autour de lui, sous ses yeux, la situation n'est pas plus heureuse. Dans les champs tropicaux qu'il a traversés, il n'a souvent vu que la silhouette des femmes affairées aux moissons pendant que les hommes s'adonnaient à cette occupation qui tient en haleine, chaque jour des milliards d'entre eux: suivre l'ombre d'un arbre au fur et à mesure que le soleil se déplace dans le ciel. Dans des pays de sable et de soleil, il a partagé des dîners à la table du maître de maison pendant que la mère de famille se nourrissait par terre de ce qu'on lui laissait. Il a rencontré des familles composées de ptits garçons gras comme des poussahs entourés de fillettes aux côtes saillantes."


Cet extrait est suffisant. Je vous passe d'autres relevés d'anecdote sur des barbus mysogynes...

Je savais déjà que Poussin et Tesson, nos deux explorateurs, n'hésitaient jamais à nous raconter leur messe de départ, la bénédiction de leurs byciclettes et d'autres références permanentes à Dieu et à la Bible. Cet extrait là est donc la cerise sur le gâteau. Attention, je ne nie pas la vérité, évidemment les femmes sont maltraitées dans de nombreux pays. Seulement voilà, il se trouve que nos aventuriers, à qui je ne retire pas pour autant toute mon admiration pour leurs différents périples, ont la plupart du temps traversé des pays musulmans. Or comment leur accorder encore toute notre sympathie lorsque ces voyageurs des temps modernes se permettent des jugements aussi brutaux, orientés, méprisants envers les peuples qu'ils ont pourtant rencontrés. Effectivement, comme le dit Tesson dans la suite de l'extrait, ce dégoût ressenti le pousse à devenir solitaire et à ne plus autant rechercher la compagnie des autochtones. C'est là qu'on se dit que, définitivement, les barrières sont dans la tête. J'avoue, dès le livre précédent, les multiples références à la Bible commençaient à me courir sur les nerfs, cherchant encore l'utilité de la mention; mais là, vraiment, la petite phrase sur le Coran est tellement incroyable pour des gens qui se disent ouverts que je ne sais pas si j'ai encore envie d'ouvrir leurs pages. Je passe. Sans doute tous les voyageurs n'ont pas la même étroitesse d'esprit. Inch'Allah...

7 commentaires:

metreya a dit…

hihihihihi… toi aussi te voilà endoctrinée par la foi du désert ! Attention, nous sommes toutes les deux en train de changer de camps :)

Barbudo a dit…

Merci de me déculpabiliser de n'avoir lu que les premières page du livre. Je me suis justement arrêté après le passage sur la bénédiction des vélos. J'avais dû pré-sentir la suite.
Pour l'ouverture d'esprit, j'ai malheureusement rencontré beaucoup de ses psychorigide qui se prétendaient voyageurs à la rencontre des gens. mais ne partent que conforter leurs préjugés.
Merci pour le blog que je lis régulièrement et toujours avec plaisirs, même si je suis un lecteur silencieux

Anonyme a dit…

Celui qui dit la vérité sera fusillé (G. Béart)

emi a dit…

Pouvez vous développer votre commentaire, cher anonyme?

Lilichocolat a dit…

Je pense qu'Anne Onyme a dû vouloir dire que l'humanité n'est pas prête à arrêter d'avoir des barrières dans la tête, et que si on veux essayer de faire ouvrir les yeux à certains, ils peuvent nous en vouloir. A mort. Non ?

Anonyme a dit…

Développons...La vérité consiste à tout dire : elle a 2 visages : le positif comme le négatif. Il faut dire les choses comme elles sont, c'est tout. Sinon l'information est orientée et n'est plus objective !... d'où les barrières...
Maintenant je connais mal le contexte, le mieux est que je lise ce livre. Tu me le prêteras, dis?
C'est mieux pour en discuter...
Anne Onyme

lilichocolat a dit…

"Qu'est-ce que la vérité ? Il y a la tienne, la mienne et celle de tous les autres. Toute vérité n'est que la vérité de celui qui l'a dite. Il y a autant de vérité que d'individus."

Eric Emmanuel Schmitt