jeudi 22 janvier 2009

L'habit ne fait pas le moine

Je viens de regarder un très bon reportage d'Envoyé Spécial sur les cours particuliers et sur ces grosses boîtes type Acadomia ou Legendre qui proposent du soutien scolaire à domicile pour les yeux de la tête. Ce qu'on ne savait pas c'est que ces entreprises au fond plus commerciales qu'autre chose recrutent n'importe qui et s'en mettent plein les poches. Dans le reportage une journaliste se rend à plusieurs entretiens d'embauche au cours desquels on ne lui demande rien, ni diplômes, ni casier judiciaire. On suit aussi une jeune fille également pendant un entretien qui s'embrouille totalement dans une explication de grammaire mais qui est pourtant recrutée quand même, car la recruteuse la trouve "agréable". En fait on apprend que cette dame était avant... commerciale dans la grande distribution! Et ce n'est pas tout. Une maman installe une web cam chez elle pour suivre incognito depuis sa salle à manger le cours particulier d'anglais qu'un soit disant prof donne à sa fille. Celui-ci a un accent à couper au couteau, fait plein de fautes de grammaire et ne parle pratiquement qu'en français. Pas de bol, la maman est bilingue et le renvoie sur le champ. Et d'autres exemples encore. En gros les gens qui sont recrutés n'ont la plupart du temps aucune compétence ni formation pour enseigner mais les boîtes les embauchent parce qu'ils manquent de personnel. En réalité la demande est importante de la part des parents mais ce n'est pas la seule explication. En fait ils manquent de personnel parce que bien que les cours soient facturés une fortune, les profs eux ne touchent que des clopinettes. Acadomia et compagnie s'en mettent plein les poches sur le dos des parents. Mais pourquoi ceux-ci continuent-ils à payer le prix fort pour du soutien scolaire nullissime?, se demandent les profs affiliés au SNES -le principal syndicat d'enseignants- qui voient ces images que leur montre la journaliste. Il y a la peur de l'échec certes, mais je pense qu'il y a surtout le système éducatif français plus que défaillant et qui ne remplit plus son rôle, qui va droit dans le mur. Mais qu'importe! Notre cher ministre nous supprime des postes d'enseignants et prévoit la création de 5000 emplois pour en finir avec l'absentéisme des élèves. Qui nous dit que ce ne sont pas des fontionnaires de police qu'on va payer pour aller chercher les absents chez eux?
C'était votre envoyée spécial en direct d'un collège de banlieue parisienne qui prend l'eau -au figuré comme au propre, et oui-...

2 commentaires:

aldeaselva a dit…

On casse le vase, on accuse le voisin et lui demande de recoller les morceaux.Il ne faut donc pas s'étonner de ce qu'il fuit!On a fait de notre éducation un magasin de porcelaine dans lequel nos responsables ont joué au foot comme des écoliers à la récré.

Lilichocolat a dit…

Hé oui, c'est comme ça...
Nous aussi on prend l'eau. Mais éduquer, transmettre et rendre autonome ne sont pas des idées à la mode, que veux-tu... Il va falloir songer à passer un diplôme dans la vente, sans doute.