mercredi 2 juillet 2008

Le voyage de Théo

Catherine Clément, Le voyage de Théo, Seuil, 1997.
"Tu devrais lire "Le voyage de Théo", ça parle des religions, c'est très bien fait, ça devrait t'intéresser."
A priori, les religions m'intéressent. Mais quand j'ai vu le pavé, je me suis dit "c'est trop long, c'est sûr je vais m'ennuyer avant la fin". Et puis j'ai commencé à lire. L'histoire de Théo, adolescent atteint d'une maladie incurable, qu'une tante un peu farfelue décide d'emmener faire le tour du monde des religions, espérant par la même occasion que parmi ses nombreuses connaissances à travers les différents continents, quelqu'un saura le guérir d'une manière ou d'une autre. On est parfois tenté de se dire que ça sent bon le prétexte à l'étalage de science, que ce n'est qu'un livre de plus qui nous explique et nous décrit en détail les grandes religions. Cependant Théo a un vrai caractère et sa famille est très acueillante, alors on se laisse porter, et même lorsque les passages plus théoriques se font un peu longs, on n'est même pas tenté de sauter des pages. D'accord, Théo est très, très intelligent pour son âge, et on pourrait parfois dire que tant de reflexion et de connaissances dans un cerveau d'ado manque de crédibilité. Mais après tout ce n'est qu'un roman, et l'essentiel est que ça tienne la route. Et là-dessus pas de souci: le récit est bien construit, les visites de monuments et les explications alternent parfaitement avec des moments de vie quotidienne. Pas de copié-collé grossier, pas de grands discours, la langue est claire et ne manque pas d'humour. Plus généralement, le lecteur en apprend aussi beaucoup sur les grandes religions du monde, leurs points communs et leurs différences, sans pour cela qu'un seul jugement de valeur n'apparaisse. Et puis encore une fois il y a Théo, personnage attachant, que l'on suit pas à pas dans sa découverte des autres de lui-même, et dont l'explication de sa maladie nous renvoie aussi à nos propres secrets...

1 commentaire:

PCR a dit…

Ca tombe bien, je n'ai plus rien à lire !