vendredi 23 mai 2008

Gelman n'a qu'à bien se tenir!

On rigole on rigole de mon argentin et de son Chiki Chiki... D'accord, n'empêche que les argentins ne sont pas QUE drôles avec leurs tics de langages et leur accent chantant. Tous ne se ridiculisent pas en public au concours de l'Eurovision non plus. Non. Il y a aussi des argentins discrets, poètes à leurs heures pas du tout perdues, et qui nous livrent un peu d'eux dans un coin de blog.
http://www.conversacionesconlaluna.com/
Les mots de Enrique sont simples mais précisément choisis, justes. Parfois dure, parfois légère, sa poésie nous évoque forcément beaucoup de choses, de la grande Histoire à nos petites histoires personnelles aussi. Elle dit toujours quelque chose en tout cas, n'est jamais insignifiante. Et tout en nous rappelant parfois d'autres poètes à travers des thèmes communs -fraternité tissée par l'exil et la nostalgie-, elle sait les évoquer en clin d'oeil tout en restant unique et originale. C'est cela la force de la poésie de Enrique.

2 commentaires:

aldeaselva a dit…

Mais non, mais non, les argentins sont loin d'être ridicules!L'autodérision de Chikilicuatre est d'ailleurs un mode d'expression bien choisi, car il a l'art entre autre justement de remettre à leur place ceux qui croient être supérieurs en se produisant à leur coté dans un style qui ne laisse pas dupe le public.
Enrique est tellement discret qu'il ne m'avait pas dit qu'il avait ouvert un blog!Je l'ai découvert ici! Mais les jardins cachés (ou discrets) font partie de la vraie valeur d'une personne, une richesse qui n'a pas besoin de nécessairement s'exposer.
Quand aux taquineries, symboles de confiance,elle doivent être des marques affectives profondes réservées aux amis et aux gens que l'on aime, les autres ayant droit au silence.

enrique a dit…

Bonjour! j'ai les chevilles...!
Ton analyse me fait beaucoup de plaisir! C'est ce que je ressens en le lisant. Alors, pourquoi ne pas le dire?