mercredi 7 juin 2017

Je voyage donc je (f)(s)uis

Chambre d'enfant, sas de compression. Cloître des rêves qui tournent en rond. Pénitence. Stagnation. Envol mental, shoot de mots exotiques, de langues et de races. Drogue dure du voyage immobile. Sous perfusion. L'ailleurs comme un paradis. El Dorado inassouvi. Regarder par la fenêtre, vouloir voir du pays comme on se projette contre un mur. Tête première. Yeux fermés. S'anesthésier à l'odeur fantasmée des parfums d'épices et de goyave. 
A la moindre occasion, prendre la poudre d'escampette. Ne plus savoir pourquoi mais aller droit devant. Sans plus réfléchir. Sans faiblir. Sans plus jamais regarder en arrière. Quitter l'antichambre de la frustration et s'envoler.
Comme une addiction, ne plus pouvoir s'en passer. Recommencer. 
Partir. Revenir. Repartir et revenir pour repartir. Devenir. Grandir. 
Mauvais réflexe. Fuir. Au moindre obstacle, haie contournée, voiture, clé des champs, école buissonnière. Régler le conflit par la distance. Échapper au miroir. Lâcheté ? Peur d'être engluée. Routine redoutée. Crainte de la chaîne, corde qui tire. Fauve en furie. Psychanalyse du voyage en tant que fuite. 
Réconciliation. Voir du pays. Jouer la touriste. S'extasier en toute sécurité, s'émerveiller. Photographie de l'instant. Plaisir. Bien-être. Ailleurs. Bien être ailleurs, et ici ? Faire ce qu'on peut. Les souvenirs comme des béquilles du quotidien. Eau qui dort. Se méfier. Amazone de désir, serpent de mer, fauve en cage. Joie de vivre. Fourmis dans les jambes. Sérénité. Épine dans le pied. Stabilité émotionnelle. Course intérieure. Retenue. Petite sœur intrépide à qui il faut de temps en temps lâcher la bride sous peine d'implosion. Escapades régulières. Matin, midi et soir. Traitement de fond. Décompression. Soupape. Rêves qui dansent. Flash back. Chambre d'enfant. Attendrissement. 

Souvenir d'une course folle vers la montagne - Vercors - Issue de secours - Bout du tunnel

Aucun commentaire: