samedi 17 mai 2014

J'aime pas les blogs de voyageurs

Je n'allume pas l'ordi aujourd'hui pour vous parler de ma dernière lecture... un peu de patience, que diable... mais pour lancer un coup de gueule : j'aime pas les blogs de voyageurs.
Vous savez, ces baroudeurs barbus et baroudeuses pas épilées qui puent la transpiration parce qu'ils ne se lavent que dans les flaques d'eau du Tiers Monde et qui se prennent pour Christophe Colomb à la découverte de terres oubliées ? Vous situez ? Le type qui vous faire croire qu'il voyage léger, sans un kopeck en poche, qui vous prouve par A plus B que barouder, c'est cool, pendant que votre évasion à vous, c'est de vous prendre la tête pendant des heures à additionner des prévisions d'échéancier EDF en regardant les documentaires d'Arte sur les îles Maldives et en bavant comme un obèse au régime devant un Saint Honoré ? Vous voyez de qui je veux parler ? Mais si, la nana qui vous fait la leçon parce que vous êtes trop conformiste, trop prisonnier de la société de consommation et dépendant de vos biens matériels et que ça vous empêche de vous lâcher, et qui vous assure que faire le globe trotter, c'est la vraie vie ? 
Mon idéal est loin de la belle maison, du gros chien et des vacances aux sports d'hiver à Méribel. Mais oui, je vais bosser pour payer mes factures et mon loyer, et oui, il m'arrive de faire la queue au supermarché pour acheter des steaks hachés. C'est peut-être con, je sais, c'est peut-être un plan de vie tout pourri, mais de toute façon, baroudeur, baroudeuse, le système finira bien un jour par te rattraper, t'inquiète pas. 
D'ailleurs, ce qui m'agace, c'est que les blogueurs voyageurs ne vous font pas découvrir un pays, une terre, une ville. Non. C'est toujours d'eux qu'ils parlent en premier. Moi, Mon voyage, Mes rencontres, Mon sac à dos et Mes ampoules aux pieds. Au fond, ils pourraient raconter la même chose sur un périple entre Cahors et Brive que ça ne changerait pas grand chose au contenu. Ah, évidemment, ce serait moins vendeur. Parce que je soupçonne le blogueur voyageur, sous le prétexte fallacieux de nous faire partager ses visions exotiques, de faire dans le sensationnel pour augmenter la part de ses lecteurs. Il faut dire qu'on l'y pousse. En témoignent les différents sites qui parlent de voyages et qui ne mettent à la une que des destinations farfelues, au mépris de la France, qui, sans être chauvin, est quand même l'un des pays les plus beaux et les plus diversifiés du monde. Mais non, la France, c'est ringard. Il faut parler de la Patagonie, de l'Alaska, des safaris en Afrique et des lamas du Pérou. C'est dix fois plus classe. 
Autre point du coup de gueule et qui découle du précédent : les titres de plus en plus racoleurs et uniformisés des articles, qui vous draguent avec des appâts d'ordinaire utilisés par les magazines féminins du genre "10 aliments qui font maigrir". Sur les blogs de voyage, on attire le chaland avec ce qui ressemble plus à des slogans publicitaires qu'à une invitation au long cours : "10 choses à ne pas rater à Bangkok", "5 endroits où manger des sauterelles grillées", des insolites en veux tu en voilà, des "top 10", classements en tous genres et autres sondages, devinettes et "ça vous dit ?". Je suis désolée, ce ton d'agence de voyages low cost ou de publicité pour le shampoing, ça m'insupporte ! Et, sinon, quand est-ce qu'on parle voyage, dans tout ça ?
Oui, bien sûr, ça va de soi : quand on aura appris l'orthographe ! Quand on n'écrira plus qu'on "a été nagé dans les eaux turquoise de l'océan Pasifique", qu'on a "cerré notre ami hondurassien dans nos bras avant de nous envolé pour la Thaïlande" et qu'on "a vue des singe". Juste une chose, les baroudeurs : ce n'est pas parce que vous écrivez vos articles au bord du lac Titicaca (trop classe quoi !) que l'orthographe est en option... 
Voilà, c'est tout ce que j'avais à dire pour aujourd'hui. J'ai craché mon venin et me suis encore transformée en abominable donneuse de leçon. Je vais donc poursuivre mon blog, continuer à y poster des articles pas fun du tout, des comptes-rendus de visite dans des endroits paumés de France en les écrivant comme des reportages pour Notre Temps. 
Une porte

3 commentaires:

Laure Hetzel a dit…

Je te découvre dans un registre méconnu, l'humour grinçant, et j'ADORE !!! Tu m'as vraiment fait rire, et moi, je préfère tes articles, ce talent fabuleux de faire voyager avec des petits riens, et de savoir parfaitement les orthographier ! Alors merci ;-)

emi chaskahuma a dit…

Merci :)
Mais ça, c'est parce que LaRousse est ma meilleure amie ;)

Marie Mnt a dit…

d'accord avec toi! Je viens de découvrir ton blog, et je trouve le même agacement pour les articles-slogan et les innombrables réflexions sur la "philosophie du voyage"... ça fait plaisir de voir quelqu'un qui en parle!