mercredi 2 septembre 2009

Rendez vous en terre (in)connue

J'ai encore une fois regardé l'émission "Rendez-vous en terre inconnue" hier soir sur France 2. Cette fois au Tibet, avec Gilbert Montagné. De belles images, beaucoup de larmes. De l'émotion pour certains, des pleurnicheries pour d'autres. Mais ce n'est pas là que je veux en venir. Je suis plutôt bon public, et j'oublie facilement les caméras et le côté artificiel, la médiatisation de la chose. Ce que je vois dans ces magnifiques reportages donc, ce sont les relations humaines mises en avant, celles qui relient si fort des gens au départ si éloignés géographiquement, culturellement, sur des terres en fait peut-être pas si inconnues que cela. Le principe de l'émission veut que les célébrités ne sachent pas à l'avance où on va les emmener. Et ce qui est frappant justement, c'est qu'au bout de quelques jours seulement les gens se reconnaissent comme semblables, unis par les mêmes émotions, les mêmes sensations, le même respect. Alors je me pose la question suivante: par quel miracle, quel hasard, quelle mémoire d'une vie antérieure, quel bout de racine enfoui de notre histoire, reconnaissons nous chez l'Autre, au bout du monde, quelque chose de nous, une âme soeur, un lien familier, un frisson partagé? Comment deux êtres qui s'ignorent totalement peuvent-ils en un seul regard percevoir ce qui ce cache au plus profond de l'autre, se voir comme dans un miroir? Il m'est arrivé, au bout du monde, qu'une vieille dame me reconnaisse, persuadée de m'avoir déjà croisée. Il m'est arrivé aussi, loin, de serrer une main dont la force m'a rappelé des sensations maternelles même antérieures à ma propre vie. Il m'est arrivé, là-bas, de trouver un frère, une soeur, et de sentir la déchirure de me séparer de mes racines au moment du départ. Un jour quelqu'un m'a dit que nous n'étions pas forcément né dans le bon pays, et que toute notre vie ressemblait parfois à la quête de notre "vraie" terre. C'est ainsi que dans des voyages improbables, grâce à des rencontres sans espoir de retour, nous nous rapprochons de ce que nous sommes.

(Photo:Luis Chugar)

4 commentaires:

metreya a dit…

Bon alors… je suis on ne peut plus d'accord avec toi !! puisque j'ai vécu exactement la même chose…… mais juste une remarque (de troll) : l'émission n'était pas au Tibet ! mais au Zanskar, qui est une région indiennne, dans l'Himalaya certes, mais de l'autre côté de la frontière népalo-tibétaine. Ce territoire porte le nom d'une rivière, la Zanskar, fameuse chez les trekkeurs, qui se jette dans l'Indus un peu plus au nord, dans l'autre région célèbre pour ses montagnes, le Ladakh. Je sais, je sais… c'est loin, personne ne connaît, mais pour ceux qui y sont allés et qui considèrent ces contrées un peu comme la "maison" (et c'est mon cas) ce n'est pas tout à fait pareil :o)
Bisous

emi a dit…

Je me disais bien aussi que j'avais fait une bourde! Merci!!

emi a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
aldeaselva a dit…

La conscience de notre instinct grégaire est un beau cadeau de la nature. Il permet parfois de vivre de beaux moments affectifs. Profitons-en.