mardi 16 juin 2009

Le silence du charango

William Centellas s'en est allé. Le charango s'est tu. Le maestro est mort le 14 juin à la Paz, lui qui avait consacré toute sa vie au charango, avait été l'un des fondateurs de la Sociedad Boliviana de l'instrument, son ambassadeur dans le monde entier. Son style, indéfinissable, a été repris, imité, et est toujours le modèle, la référence, pour des centaines d'interprètes. Centellas est mort. Le charango est orphelin.

4 commentaires:

aldeaselva a dit…

Tout le respect que l'on doit lui présenter n'égalera jamais sa générosité.

aldeaselva a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.
emi a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Anonyme a dit…

mon modèle est décédé le jour de mes 52 ans , que la pachamama te reçoive en son sein parmi ses fidèles
el charanguisto pierre marie