lundi 16 février 2009

Des hommes pareil

Encore une chanson très bien écrite, simple mais profonde, vraie, juste ce qu'il faut. A méditer et à mettre dans toutes les oreilles...

Des hommes pareils de Francis Cabrel

Vous, vous êtes et nous, nous sommes
Vous, vous êtes et nous, nous sommes
Des hommes pareils
Plus ou moins nus sous le soleil
Mêmes cœurs entre les mêmes épaules
Qu'est-ce qu'on vous apprend à l'école
Si on y oublie l'essentiel ?
On partage le même royaume
Où vous, vous êtes et nous, nous sommes...

Moi, j'ai des îles, j'ai des lacs
Moi, j'ai trois poissons dans un sac
Moi, je porte un crucifix
Moi, je prie sur un tapis
Moi, je règne et je décide
Moi, j'ai quatre sous de liquide
Moi, je dors sur des bambous
Moi, je suis docteur-marabout

Et nous sommes
Des hommes pareils

Plus ou moins loin du soleil
Blancs, noirs, rouges, jaunes, créoles
Qu'est-ce qu'on vous apprend à l'école
S'il y manque l'essentiel ?
Semblables jusqu'au moindre atome
Vous, vous êtes et nous, nous sommes

Moi, je me teins et je me farde
Moi, mes chiens montent la garde
Moi, j'ai piégé ma maison
Moi, je vis sous des cartons
Moi, j'ai cent ans dans deux jours
Moi, j'ai jamais fait l'amour
Nous, enfants neveux et nièces
On dort tous dans la même pièce

Quelque soit le prix qu'on se donne
On nage dans le même aquarium
On partage le même royaume
Où vous, vous êtes et nous, nous sommes
Où nous sommes des hommes pareils
Plus ou moins nus sous le soleil
Tous tendus vers l'espoir de vivre
Qu'est-ce qu'on vous apprend dans les livres
S'il y manque l'essentiel...?
S'il y manque l'essentiel...?

J'aime mieux ce monde polychrome
Où vous, vous êtes et nous, nous sommes...
Des hommes pareils...

2 commentaires:

Anonyme a dit…

Oui ce texte est très beau...
d'ailleurs son CD est bien accepté dans les médias ; dommage que ce ne soit pas la même chose pour d'autres chanteurs qui n'ont pas la chance d'être programmés car ils ne "plaisent" pas aux dirigeants des ondes et de l'audiovisuel...
Sans rancune, j'aime bien Cabrel quand même !
BB

ch'askatura a dit…

ah, Cabrel !
je suis toujours admiratif de sa façon de ciseler les textes.
et j'aime aussi son humanité et son humilité. pas d'ostentation, de m'as-tu-vu ou de débordement égocentrique.
oui, finalement je dois être "fan " bien que j'abhorre ce mot.
ch'askatura